Archives de l’auteur : Admin M@ths en-vie

Enseignant Référent pour les Usages du Numérique et Référent Mathématiques de Circonscription - Circonscription de St Gervais/Pays du Mont-Blanc

Conférence internationale « Mathématiques pour tous : Faire aimer et pratiquer les maths de l’école au lycée »

Visionnez toutes les interventions (captations vidéo) de la conférence internationale du 15 juin 2022 sur le site Réseau Canopé.

CONFÉRENCE INTERNATIONALE DU CONSEIL SCIENTIFIQUE DE L’ÉDUCATION NATIONALE
Mathématiques pour tous
Faire aimer et pratiquer les maths de l’école au lycée
Mercredi 15 juin 2022

Accéder : cliquer ici

Le guide « La résolution de problèmes mathématiques au collège »

Cet ouvrage a été coordonné par le service de l’instruction publique et de l’action pédagogique et le service
de l’accompagnement des politiques éducatives de la direction générale de l’enseignement scolaire du ministère de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports.

Cet ouvrage synthétise des contributions de chercheurs et chercheuses, d’inspecteurs et d’inspectrices, d’enseignantes et d’enseignants. Ce document a fait l’objet d’une relecture critique de plusieurs membres du Conseil scientifique de l’éducation nationale.

men-guide-mathematiques_college_2021_web

Accéder : cliquer ici

Un projet d’écriture de problèmes dans le cadre de la liaison CM2/6°

Engager les élèves de sixième à inventer, rédiger, corriger et publier des photo-problèmes à destination des élèves de CM2.

Un projet mené par Julie Lefort, professeure de mathématiques au collège de Saint Mathieu de Tréviers qui témoigne de son expérience. A suivre sur twitter : @lilicachou

Continuer la lecture

5 projets pour enseigner et vivre les maths autrement

Un ouvrage dans le plus pur esprit de l’enseignement des mathématiques que nous prônons, ancrées au réel, engageantes, ambitieuses et qui font sens chez les élèves.

Continuer la lecture

Formation CANOPE « Apprendre à résoudre des problèmes arithmétiques à l’école élémentaire »

Comment résout-on des problèmes ? Résoudre des problèmes est l’activité principale en mathématiques, ce parcours vous engage à trouver des solutions pour aider vos élèves à réussir cette tâche !

Continuer la lecture

Des fiches de révisions de maths, rappées et clipées

Retrouvez les leçons Rapémathiques sur les notions abordées au collège sur une chaine YouTube ou sur le site d’A’Rieka.

Le site : cliquer ici

La chaine YouTube : cliquer ici

Maths en liberté, les mathématiques récréatives pour tous !

Ce site web, destiné à tous les pays francophones, propose des livres, et quelques textes courts, vidéos, jeux et BD, pour des élèves de tous âges intéressés par les mathématiques, en supplément des cours scolaires. Ce n’est pas un site de soutien scolaire.

Les contenus sont classés par âge, par difficulté et par type afin que tous (et en particulier des parents ne connaissant pas les mathématiques) puissent utiliser ce site.

Accéder : cliquer ici

VideoDiMaths, un concours de vidéos mathématiques

Le concours de vidéos VideoDiMath est à destination des collèges et lycées. Il est proposé par VideoDiMath, projet vidéo d’AuDiMATH, avec le soutien du ministère de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports.

Les vidéos d’une durée maximum de 3 minutes (générique non inclus, pas de durée minimale) permettront aux élèves de se poser une question de mathématiques et l’exposer avec dynamisme pour montrer que les mathématiques sont autour de nous, actuelles et plaisantes.

Accéder : cliquer ici

Deux escape games en photo-problèmes !

Ce travail a été réalisé dans le cadre d’une constellation mathématique CM1 CM2 avec 6 classes, 8 enseignants, soit 160 élèves. L’analyse des évaluations CP, CE1 et 6° a montré une difficulté en résolution de problèmes. Les collègues ont aussi fait remonter ce domaine dans leurs difficultés.

 

 

Laurence Géri, formatrice, a proposé dans une première réunion la méthode maths en vie… Tous les collègues ont adhéré !

Voici son témoignage :

« Nous avons mis en place toutes les séances (tri de photos… recherche d’info… création de problème à partir de photos… balade mathématiques… création de problème de A à Z…)

Nous avons des tablettes à disposition… Donc mise en pratique très agréable, simple… avec un modèle de page dans « pages »… Prise en main très rapide des élèves.
Puis, nous avons monté un escape game en sélectionnant 5 photo-problèmes dans les 160 créés et en ajoutant des énigmes autres pour balayer un peu le programme de mathématiques. (Défi ozobot, défi bluebot….)

Les enseignant.e.s ont effectué des groupes de 3 élèves en mélangeant les 3 classes de CM1, pour un premier jeu (18 équipes). Puis des groupes de 3 élèves en mélangeant les 3 classes de CM2, pour un deuxième jeu (21 équipes)

Petite vidéo à la manière de James Bond pour lancer le jeu… et c’est parti… chaque équipe avait une pochette avec tous les documents nécessaires !

Quand les élèves ont résolu toutes les énigmes, ils ont le droit à une enveloppe avec 13 morceaux de puzzle. Une fois le puzzle reconstitué, ils trouvent un chiffre derrière écrit à l’encre invisible.« 

 

Vidéo de lancement

 

 

Fiches élèves énigmes

n°1 n°2 n°3 n°4
n°5 n°6 n°7 n°8

 

Les photo-problèmes

probleme123

 

probleme45

 

Les autres outils

Feuilles réponse Tapis et solutions
Circuit Ozobot Codes Ozobot

 

Les puzzles de fin

puzzlefin

À noter que les photos des puzzles sont issues de ce document : http://www.ac-grenoble.fr/ien.vse/IMG/pdf/dossier_complet_arts_et_maths.pdf

 

 

Enseignant.e.s ayant participé : Arnaud Justine, Auge Sandra, Benakkadou Amal, Compet Florence, Gamerre Stephanie, Guibert Quentin, Miquel Julie, Mouchard Sandrine de l’école Antide Boyer élémentaire à Aubagne

Inspecteur : Del’Guidice Jacques

Circonscription : Aubagne

 

Humour et mathématiques

Je vous en prie !

 

La table de multiplication

 

Quand un Américain critique la façon de compter de la langue Française

Le petit beurre mathématique


Le Petit beurre LU est un calendrier : Retour ligne manuel
- 52 dents (52 semaines) Retour ligne manuel
- 4 gros coins (4 saisons) Retour ligne manuel
- 24 trous (24 heures) Retour ligne manuel
- mesure 7 cm (7 jours semaine)

Marius et les fractions

Gaston et les pourcentages


Gaston Lagaffe, « Le Geant de La Gaffe », by Franquin (1977)

Merci à Nathalie Broneer pour le partage

La moitié de neuf


Gad-Elmaleh – Les Maths

Têtes à claques à l’école

 

La tristitude mathématique

 

 

1986, les Français nuls en maths…

Une étude parue hier montre que les élèves français arrivent derniers en maths de tous les pays de l’Union européenne… Et les quidams interrogés par Gérard Pabiot, dans la rue, ne vont pas aider à remonter le niveau.

Une vidéo à retrouver sur le site de l’INA

Visionner : cliquer ici

 

La petite histoire de France

 

 

Nambarz, un jeu de société de calcul et de stratégie pour toute la famille

En individuel ou en équipe, enfants et adultes, prenez plaisir à combiner les nombres de 1 à 10 en faisant toutes sortes de calculs (adition, soustraction, multiplication et division)pour obtenir un maximum de points et gagner la partie

Tranche d’âge : 8 ans et + (possibilité d’adapter le jeu aux enfants de moins de 8 ans (cf. Le thème principal du jeu)

Nombre de joueurs : 2 à 12 joueurs (individuellement ou en équipe)

Durée moyenne d’une partie : De 15 à 30 minutes (pour une partie de 4 joueurs)

Thème principal du jeu

Le nom Nambarz provient du mot anglais «numbers», puisque c’est un jeu de nombres. L’orthographe du nom du jeu est en quelque sorte la prononciation du mot «numbers». Facile à retenir !

Initialement, le jeu a été créé pour apprendre et pratiquer le calcul mental aux enfants. Il permet de pratiquer des combinaisons de calcul simples grâce aux opérations basiques de mathématiques. Cependant, le jeu a eu une évolution importante grâce aux différentes stratégies mises en place par les joueurs – enfants et adultes – qui leur permettent de se débarrasser de leurs cartes avant les autres joueurs (il s’agit du but du jeu).

En parallèle, les jokers ont été inventés et modifiés à plusieurs reprises afin de rendre Nambarz plus adéquat aux différents niveaux et à la différence d’âge des joueurs.

Cette évolution a permis au jeu de garder son aspect pédagogique et éducatif tout en étant parfaitement adapté aux adultes ! Nambarz est alors devenu un jeu intergénérationnel où tout le monde peut y trouver son compte (possibilité de faire des combinaisons de calcul simples de 2 ou 3 cartes pour les enfants, jusqu’aux opérations plus sophistiquées de 4 à 5 cartes grâce à l’application des stratégies pour les adultes).

Nambarz permet donc d’appliquer toutes les opérations mathématiques : addition, soustraction, multiplication et division. C’est pour cette raison que le jeu est conseillé à partir de 8 ans ou à partir de l’âge où l’enfant maîtrise ces 4 opérations (avec des nombres de 1 à 10). Toutefois, il est tout à fait possible de faire jouer des enfants plus jeunes en appliquant en premier temps uniquement les opérations que l’enfant maîtrise (par exemple, se limiter à l’addition et à la soustraction dans un premier temps puis étendre à la multiplication et à la division). En plus, le nombre de jokers utilisé dans le jeu permet de varier le niveau de difficulté.

En ce sens, Nambarz est tant adapté aux adultes qu’aux enfants. Il revient aux professeurs et parents d’ajuster les règles et les faire évoluer en fonction de l’âge et des connaissances de l’enfant afin de tirer profit de son potentiel éducatif.

La mécanique principale du jeu

La mécanique principale consiste en le fait de se débarrasser de toutes ses cartes avant les autres joueurs. Pour cela il faudra jouer les cartes selon deux schémas : soit par concordance ; en posant une carte ayant le même nombre ou même dessin que la carte posée. Ou par calcul ; en faisant une opération mathématique dont le résultat correspond au nombre de la carte posée.

Étant un jeu de calcul et de stratégie, la méthode par calcul est la plus intéressante, car elle nous permet d’éliminer plusieurs cartes à la fois. Ainsi, nous pouvons faire un calcul par 2, 3, 4 voir 5 cartes.

Par exemple, si on doit poser sur la carte 7, on peut jouer :

  • Les cartes 3 et 4 selon le calcul 3+4 = 7
  • Ou les cartes 3, 2 et 1 selon le calcul (3*2)+1= 7
  • Ou les cartes 10, 5, 9 et 4 selon le calcul (10/5)+9-4=7 (ceci est un «coup de maître» qui fait gagner des points supplémentaires)

Le principe de calcul est donc le suivant : le résultat de l’opération de la 1re et la 2e carte est calculé. La 3e carte doit nécessairement être calculée avec le résultat obtenu précédemment (si l’on pose 3 cartes). Pareillement, le résultat de cette dernière opération sera calculé avec la 4e carte (si l’on pose 4 cartes) et ainsi de suite[1].

Cependant, il y a trois règles à respecter lorsqu’on joue un calcul :

  1. Le fait de devoir utiliser des cartes de même type (soit des cartes “dessin/nombre” soit des cartes “nombre/symbole”) ; on ne peut faire une opération en mélangeant les deux types de cartes
  2. Le calcul doit être le plus court possible. Par exemple (5+4)/9 donnent bien 1, mais avec ces cartes le joueur aurait simplement pu faire le calcul 5-4=1. Il faut donc que le calcul soit le plus court possible avec les cartes utilisées.
  3. Il est interdit de jouer une carte concordante dans un calcul : si la carte à couvrir est un 3-abeille on ne pourra faire le calcul par les cartes 8-abeille et la carte 5-chat (8-5=3) car carte 8-abeille est déjà une carte concordante par dessin avec la carte à couvrir, à savoir la carte 3-abeille (la concordance peut être également par nombre).

Le non-respect de ces règles ou une erreur de calcul impliquent une pénalité consistant à piocher 3 cartes et ramasser les cartes qui n’ont pas été correctement jouées.

Le jeu est également composé de 4 types de jokers qui permettent de débloquer le jeu et le rendre plus stimulant et stratégique. Ils permettent aux joueurs de changer le nombre ou le dessin lorsqu’il n’ont pas les bonnes cartes à jouer. Les jokers sont importants dans la stratégie afin de préparer le pas suivant. Le joker «rejouer» est particulièrement intéressant, car il permet d’appliquer la stratégie immédiatement et sans attendre le prochain tour. À savoir que le nombre de jokers utilisés dans le jeu permet de réguler le niveau de difficulté[2].

L’originalité du jeu

Nambarz compte parmi les rares jeux qui permettent d’appliquer les quatre opérations : addition, soustraction, multiplication et division de manière simultanée. Les différentes options du jeu (opérations utilisées, nombre de jokers, utilisation ou non des parenthèses/crochets) permettent de varier le niveau de difficulté du jeu et le rendre adaptable aux différents âges et connaissances.

L’originalité du jeu relève également dans le fait d’allier le calcul mental à la stratégie. Dans Nambarz, il faut en effet savoir faire de bons calculs, mais il faut surtout être capable d’anticiper les coups à venir et faire preuve de stratégie afin d’anticiper le jeu des adversaires et arriver le plus vite possible à son objectif : se débarrasser de toutes ses cartes. Il ne suffit donc pas de choisir le calcul correspondant à la carte à recouvrir, mais il faut également penser à la dernière carte jouée, et se demander quel avantage elle peut apporter au pas suivant.

Enfin, le jeu a un caractère progressif. En effet, grâce aux différentes possibilités qu’il propose (cf : idée du jeu), le jeu Nambarz peut complètement s’adapter à tout âge et par conséquent à des classes différentes, des plus petits niveaux à un niveau adulte.

Le déroulement général du jeu

Un joueur mélange les cartes, en distribue 7 à chaque joueur et sépare la pioche de la carte à recouvrir. Cette carte choisie au hasard dans la pioche sera celle sur laquelle il faudra jouer (cette carte ne doit pas être un joker). Le joueur de gauche commence la partie, il doit faire un calcul ou jouer par concordance. S’il n’a pas de carte convenante, il devra piocher une carte. Si la carte piochée peut être jouée, il peut directement la poser, ou bien la combiner avec d’autres cartes en sa possession. Sinon, il devra la conserver dans son jeu. Dans ce cas-là, il dit « je passe » et c’est au tour du joueur suivant. Si la pioche s’épuise au cours de la manche, on retourne la pile des cartes que l’on mélange et elle devient la nouvelle pioche. Si le joueur fait une action méritant pénalité, il devra piocher 3 cartes.

Le but est de se débarrasser de toutes ses cartes. À la fin de chaque manche, les joueurs se font attribuer un nombre de points correspondant à leur classement de gagnant : le 1er gagne 40 points ; le 2e : 32 points ; le 3e : 25 points ; le 4e : 19 points et le 5e : 14 points. À la fin de la partie, on calcule le total des points de chaque joueur ainsi que leurs «coups de maître». Le joueur qui a le plus de points remporte la partie et ainsi de suite.

Il est possible également de jouer par équipe (de 2 à 6 équipes sans dépasser 12 joueurs maximum). Dans ce cas-là, chaque joueur va avoir ses 7 cartes à lui et jouer à son tour. La seule exigence est que les membres d’une seule équipe jouent consécutivement l’un après l’autre, de gauche à droite, ensuite le tour passe aux membres de l’équipe suivante. Cela permet aux membres de l’équipe de jouer la carte ou la combinaison la plus avantageuse, dans la mesure du possible, pour le partenaire qui le suit. En cas de jeu par équipes, on additionne les points gagnés par les membres de l’équipe. L’équipe qui a le plus de points remporte la partie.

Notions travaillées, potentiel pédagogique

  • Calcul mental : La principale notion travaillée est le calcul mental. L’élève peut faire des additions, soustractions, multiplications et divisions. Il doit donc faire des calculs lui permettant d’avancer dans le jeu et se débarrasser à chaque fois d’un maximum de cartes. Un autre exercice de calcul – cette fois à deux nombres – s’ajoute lors du calcul des résultats à la fin de la partie. L’élève additionne le nombre de points gagnés à chaque manche, en plus des points supplémentaires gagnés grâce à ses « coups de maître ». Pour les enfants en bas âge, Nambarz permet également de travailler la notion de dénombrement grâce à la représentation de nombres en forme d’animaux sur les cartes dessin.
  • Stratégie : En plus du calcul mental, la stratégie est une notion principale à développer. L’élève ne doit pas seulement chercher des calculs sophistiqués mais aussi penser au calcul suivant et à l’utilisation optimale des jokers. Ainsi, il est parfois plus utile de faire de combinaisons de calcul simples avec deux cartes en appliquant une bonne stratégie que de chercher à faire des calculs avec 3 cartes ou 4 cartes pour faire des «coups de maître» et gagner des points supplémentaires. En ce sens, Nambarz peut être un excellent outil dans le cadre d’aide aux élèves en difficulté. Grâce à cet aspect ludique et stratégique, ces élèves y trouvent facilement leur compte, car ils peuvent gagner avec des calculs simples avec l’aide de leur stratégie.
  • Vigilance et concentration : En plus de la concentration sur son propre jeu, l’élève doit être vigilant aux calculs joués par les autres. Ainsi, les joueurs sont garants du respect des règles, ils doivent s’assurer que les autres joueurs font des calculs corrects et ne trichent pas ; cela crée une vigilance chez les enfants qui surveillent attentivement les calculs des autres joueurs afin de pouvoir crier à la pénalité dès la moindre erreur et cela leur permet de pratiquer le calcul mental même lorsque le tour est aux autres. Il est bon à savoir qu’il s’agit d’une pénalité « bienveillante » dans le sens où le joueur pénalisé aura seulement 3 cartes supplémentaires, ce qui lui permettra d’avoir plus de choix pour faire des calculs plus poussés, voire des « coups de maître».
  • Challenge et collaboration : Nambarz permet de développer l’esprit compétitif chez les élèves lorsqu’ils jouent de manière individuelle. Dans son option par équipe, le jeu permet de travailler la notion de collaboration et de coordination[3]. Les élèves apprennent donc à collaborer entre eux, travailler ensemble, se mettre d’accord sur les cartes à poser afin d’être le plus utile à son coéquipier et faire remporter son équipe. Les élèvent appliquent en quelque sorte une stratégie d’équipe. Dans ce cadre, Nambarz peut être un excellent outil dans le cadre de stages de remise à niveau (SRAN) et d’activités pédagogiques complémentaires (APC). 

Pour aller plus loin :

[1] La règle de base du jeu n’autorise pas l’utilisation des parenthèses ou crochets afin de rendre le jeu accessible aux enfants (et surtout lorsqu’ils jouent avec les grands). Toutefois, il est tout à fait possible d’utiliser les parenthèses ou crochets dans les calculs – entre adultes ou avec les enfants expérimentés. Par exemple, le joueur a dans son jeu les cartes 9, 8 et 2 et doit jouer sur la carte 5. Si l’on suit le principe de calcul de base, aucune opération mathématique n’est envisageable, le joueur devra piocher une carte (s’il n’a pas une carte concordante ou un joker à jouer). Si l’on utilise les parenthèses, alors il sera possible de jouer le calcul suivant : 9-(8/2)= 5. Ce calcul est tout à fait possible car la troisième carte (ici 2) n’a pas à être calculée avec le résultat des deux premières cartes (ici 9 et 8). Dans le cas de l’utilisation des parenthèses/crochets, il faudra simplement l’annoncer au début de la partie «partie avec parenthèses/crochets» afin que tout le monde puisse les utiliser dans ses calculs. Les crochets sont utilisés dans le cas de calcul avec 4 cartes et plus.

[2] Au niveau débutant : on peut jouer avec tous les jokers (12); Au niveau confirmé : on peut jouer avec 8 jokers (2 de chaque type) ; Au niveau expérimenté : on peut jouer avec 4 jokers (1 de chaque type).

[3] Une équipe peut être composée de 2 joueurs ou plus. Le nombre maximum d’une équipe ne doit pas dépasser les 6 joueurs.

« Nous avons testé la démarche M@ths en-vie en constellation »

Un travail mené dans le cadre d’une constellation. La problématique de l’équipe tournait autour de la compréhension et la perte de sens dans la résolution des problèmes impliquant des grandeurs et mesures. Lors cette formation, a été élaborée une progression « modulable »et une synthèse.

Par Chudeau Sophie, Conseillère Pédagogique – Circonscription de Fougères (35)

La synthèse

Cette synthèse constitue un bilan des PE sur la démarche M@ths en-vie en lien avec les mesures. Elle sera communiquée aux enseignants de la circonscription.

Nous avons testé la démarche Mathenvie

La trame de séquence

Il s’agit d’une progression conçue collectivement et enrichie de séances mises en œuvre et analysées. Elle est à adapter en fonction des niveaux de classe (la constellation était constituée de professeurs des écoles du CP au CM1).

trame séquence collaborative

 

M@ths en-vie participera aux journées nationales de l’APMEP à Jonzac

C’est avec grand plaisir que nous avons répondu à l’invitation de l’Association des Professeurs de Mathématiques de l’Enseignement Public de la maternelle à l’université, pour animer une conférence et un atelier lors des journées nationales qui se dérouleront du 22 au 25 octobre 2022.

Chaque année, la régionale d’une académie organise un congrès sur trois journées, où les participants sont invités, à travers des conférences et ateliers, à réfléchir à leur métier d’enseignant. L’atmosphère y est conviviale, propice aux échanges, sans négliger le tourisme et les distractions. Et si vous participiez cette année ?

Deux créneaux nous sont alloués pour vous présenter M@hs en-vie, ses enjeux, les activités et notre démarche :

  • « M@ths en-vie, découvrir des activités pour ancrer les mathématiques au réel« , le lundi 24 octobre 2022 à 10 h 45
  • « Structurer et rendre explicite l’enseignement de la résolution de problèmes« , le lundi 24 octobre à 16 h 30.

En savoir plus sur le site dédié : cliquer ici

 

 

M@ths en-vie à l’université d’été #Ludovia19, du 22 au 26 août 2022

M@ths en-vie, à travers M@hs’n Co., sera présent à Ludovia19 en tant qu’événement associé !

Retrouvez-nous sur le stand le stand EW7 avec d’autres collectifs enseignants, à découvrir et :

Vous voulez participer avec nous ? Merci de nous contacter à contact@mathsenvie.fr afin de bénéficier de conditions très avantageuses…

Pour en savoir plus sur Ludovia : cliquer ici

Le thème de cette année

Sujet de notre Explorcamps

Un usage « raisonné » des outils numériques au service de l’enseignement des mathématiques

Problématique pédagogique

L’enquête TIMMS 2016 et la dernière enquête PISA pointent le manque d’ancrage au réel de l’enseignement des mathématiques, tant dans l’observation du monde réel que dans les situations proposées, notamment en résolution de problèmes. Stella Baruk, professeur de mathématiques et chercheur en pédagogie, a déjà dénoncé largement l’absence de sens donné par un grand nombre d’élèves en mathématiques. Dans l’expérience menée à l’IREM de Grenoble, au problème suivant : «  Sur un bateau, il y a 26 moutons et 10 chèvres. Quel est l’âge du capitaine ?  » sur 97 élèves, 76 ont donné une réponse en utilisant les nombres figurant dans l’énoncé : 26 ans ou 10 ans !

L’accès au sens passe donc par le vécu d’abord, puis une représentation de la situation (dessin, schéma, scénario…) pour aller vers une abstraction complète. L’importance de la langue dans les énoncés de problème est également à souligner et à enseigner. Le langage courant, le langage scolaire et le langage mathématique peuvent constituer des obstacles à l’accès au sens pour les élèves. Tous ces constats font que certains élèves que nous présentons comme très pertinents et ayant des capacités certaines en logique et en mathématiques, peuvent, lors de situations réelles, sembler perdre ces compétences lors du passage à une situation problème scolaire présentée sous forme d’un énoncé écrit.

Apport du numérique

Un projet pédagogique qui s’appuie sur des supports numériques

Toutes les activités proposées dans M@ths en-vie tournent autour de supports numériques : des vidéos, des pages web et notamment des photos numériques prises dans l’environnement quotidien des élèves. Un simple appareil photo dans la classe peut permettre de se lancer dans les différentes activités.

En exerçant les élèves à repérer des situations réelles pouvant faire l’objet d’un investissement mathématique, ils se créent un répertoire de représentations qu’ils pourront ensuite mobiliser dans d’autres situations similaires.

À travers les supports réalisées ou mobilisés par les élèves et utilisées dans le cadre de ce dispositif :
– les élèves construisent l’intérêt d’apprendre les mathématiques parce que cette discipline s’inscrit dans leur réalité de tous les jours ;
– les élèves mettent du sens derrière chaque donnée et mettent alors en œuvre des procédures de résolution cohérentes ;
– les élèves construisent des ordres de grandeurs et exercent un regard critique sur les solutions de leurs problèmes.

L’utilisation de la photo permet alors de construire ce temps intermédiaire entre une situation vécue, réelle et une abstraction complète.

Des outils numériques au service de la démarche

Au-delà des supports numériques utilisés, les classes qui ont pu s’engager dans M@ths en-vie ont toutes mis en œuvre de nombreux autres outils numériques qui ont trouvé naturellement leur place et leur pertinence dans le dispositif :
– usages du vidéoprojecteur pour travailler collectivement sur les photos ;
– usages du tableau interactif pour manipuler et annoter les photos ;
– usages d’outils collaboratifs tel Padlet pour construire des énoncés de problèmes à partir de photos prises par les élèves ou pour se constituer des banques de photos et d’énoncés ;
– usages de réseaux sociaux pour participer à des projets collaboratifs entre classes ;
– usages de tablettes numériques pour travailler instantanément sur les photos prises par les élèves et pour réaliser des sorties mathématiques ;
– usages de sites internet d’école pour publier ses problèmes et les mettre à disposition d’autres élèves (notamment dans le cadre de la liaison CM2/6°)…

Des outils numériques au service de la communauté

Le développement de M@ths en-vie est dû dans un premier temps à la diffusion du projet sur internet, puis sur les réseaux sociaux amenant à la création de communautés enseignantes et ce, au travers de plusieurs outils :
– le site internet
– la page et le groupe facebook ;
– le compte twitter ;
– le compte Instagram.
Ces outils ont permis la mutualisation d’usages et de ressources autour du dispositif. Ils ont également permis de rapprocher des enseignants engagés qui contribuent chacun au développement d’outils et d’activités. Les productions d’enseignants sont mutualisées dans un espace dédié sur le site « L’espace des classes » et relayés via les réseaux mis en place pour le projet.

Des outils numériques en lien avec le monde numérique dans lequel vivent nos élèves
La création et l’utilisation de réseaux sociaux élèves (avec des comptes classes), au-delà des objectifs pédagogiques et disciplinaires permettent de travailler diverses compétences du CRCN qui sont nécessaires au regard du monde numérique dans lequel vivent nos élèves et ce, au travers des points suivants :
– la collaboration : engager des échanges entre élèves et amener des classes à collaborer ;
– les usages : changer l’image des réseaux sociaux auprès des enseignants, des parents et des élèves en les confrontant à un usage pédagogique ;
– la formation du citoyen : aborder les usages responsables et citoyens des réseaux sociaux à travers une mise en situation concrète.

Relation avec le thème de l’édition « Éthique et sobriété numérique »

M@ths en-vie est né d’une volonté de proposer des pistes d’usages pédagogiques du numérique aux enseignants dotés d’outils au sein de leur école. Les mathématiques nous ont semblé être une excellente porte d’entrée, au travers de photographies de l’environnement des élèves. Dans notre projet initial, les usages étaient alors au centre du dispositif :
– pour la prise de vue
– pour la mise en forme des problèmes
– pour projeter et annoter des photos
– pour optimiser des photos
– pour mutualiser des productions
– pour concevoir des activités interactives
– pour collaborer à la rédaction d’énoncés
Peu à peu, nous n’avons plus mis en avant cette entrée numérique car nous nous sommes rendu compte, suite à des retours d’expériences ou des collaborations en classe avec des collègues, que les outils arrivaient tout naturellement pour faire vivre la démarche.
Nous entendons par « sobriété numérique », l’usage rationnel des outils que l’on peut en faire en contexte pédagogique. On citera Nathalie Couzon, technopédagogue : « Une pratique pédagogique qui n’est portée par aucune intention pédagogique ne deviendra pas meilleure avec le numérique. Elle sera juste amplifiée par lui. Le numérique n’est efficace que s’il est combiné avec des pratiques qui le sont.

Maths en-vie relève donc d’une utilisation du numérique « rationnelle » au regard des enjeux didactiques de la discipline et donc d’un usage raisonné et raisonnable ! Les différentes activités pourraient être réalisées sans les outils numériques, mais ces derniers vont permettre de décupler le potentiel des situations proposées aux élèves afin de mieux apprendre et mieux comprendre les différents concepts mathématiques.

Synthèse et apport du retour d’usage en classe

Le dispositif M@ths en-vie a pu être proposé à plusieurs centaines d’enseignants lors d’animations pédagogiques ou de conférences. Nous avons suivi certains enseignants dans leur classe qui se sont appropriés, chacun à leur manière, le dispositif.

Voici les constats réalisés en tant que formateurs :
– Le dispositif est plébiscité par les enseignants lors des animations pédagogiques et massivement mis en œuvre dans les classes.
– Chaque enseignant s’approprie le projet de façon très différente, dans le ou les domaines mathématiques qu’il souhaite. Les activités s’insèrent naturellement dans les progressions et programmations établies.
– Les activités sont facilement appropriables et ne modifient pas l’organisation pédagogique de la classe, même si elles permettent d’induire des modalités d’organisation différentes : par exemple, nous avons constaté que dans toutes les classes des travaux de groupe avaient été mis en œuvre ou que les outils numériques avaient été mobilisés spontanément et naturellement.
– Les activités de M@ths en-vie favorisent les activités de recherche, le travail de groupe et la collaboration entre élèves.

Et en tant qu’enseignant :
– Constat d’un très fort engagement des élèves dans les activités, notamment pour des élèves qui ne rentraient jamais dans les taches de résolution de problèmes.
– Meilleure réussite des élèves en difficulté lors des temps de résolution de problèmes.
– Les photos favorisent la compréhension des situations et la réalisation de schéma aidant à la résolution.
– Les différentes données utilisées dans leur contexte permettent aux élèves de construire des répertoires de grandeurs.
– Les activités permettent de travailler parallèlement la maîtrise de la langue écrite, car de nombreuses situations de production peuvent être mises en œuvre : rédaction de consignes, d’énoncés, de phrases pour expliciter les données, d’histoires mathématiques… Les compétences orales sont également mises en jeu de par le travail sur le vocabulaire mathématique, la verbalisation des situations, la justification des procédures…
– Les élèves ne sont plus « exécutants » mais producteurs : prises de photos et production d’énoncés notamment.
– Concernant l’usage des réseaux sociaux, fort engouement des élèves et surtout, support à des échanges en classe sur leurs usages.

Résultat d’une expérimentation menée auprès de 179 élèves de CP, CE1 et CE2 : https://www.mathsenvie.fr/?p=1489

 

M@ths en-vie participe à la journée des possibles à CANOPE74

Le 29 juin 2022, rejoignez-nous pour la Journée des possibles à l’Atelier Canopé 74 à Annecy sur le thème « Aujourd’hui, on joue ! ».

Au programme, des temps forts autour de la ludopédagogie durant lesquels vous pourrez tester des jeux éducatifs en jouant réellement, mais aussi une présentation de nos formations, des dispositifs et ressources de Réseau Canopé, des discussions informelles et du partage.

Nous aurons l’occasion de vous présenter notre dispositif et surtout jouer ensemble à l’atelier des jeux !

Pour en savoir plus sur la journée des possibles : cliquer ici

 

L’atelier des jeux, c’est quoi ?

L’ATELIER DES JEUX a pour but de donner du sens à des concepts mathématiques qui restent souvent abstraits. Ils sont parfois abordés par le biais d’artefacts, illustrés par des dessins ou des schémas. Quant à nous, nous faisons le choix de nous appuyer sur la photographie pour permettre d’ancrer ces concepts dans le réel avec des situations du quotidien.
Notre idée est de proposer des jeux motivants, stimulants, ludiques, favorisant les interactions entre pairs, avec l’adulte et les apprentissages.

Des jeux testés en classe

Six classes de l’école de Vallin Fier et de l’école de la Plaine à Annecy ont accepté de servir de laboratoire : environ 150 élèves de CM1-CM2 ont testé ces jeux avec leurs enseignantes. Nous remercions ici Magali Faccini, Émilie Gonsolin, Marie Heusey, Claire Perillat, Lauraine Questroy, Odile Villaret et leurs élèves.
Ils nous ont permis de réajuster les contenus afin de rendre l’utilisation des jeux la plus simple possible au sein du quotidien réel d’une classe.

 

Atelier 1 – Nombres, formes et mesuresCette boite comprend 4 jeux de cartes distincts basés sur les nombres, formes et mesures, permettant de réaliser 5 activités :

  • « M@ths en grandeurs » – Cycle 2

– Compétences : Estimer les ordres de grandeur de quelques longueurs, masses et contenances en relation avec les unités métriques.
– Jeu de 32 cartes : le but est d’associer chaque objet à sa mesure (masse, longueur, prix, volume).
– Jeu proposé : le « Mémory ».

  • « M@ths en mots » – Cycles 2 et 3

– Compétences : Connaitre et mobiliser le lexique lié aux trois domaines des mathématiques (nombre et calcul ; grandeurs et mesures ; espace et géométrie).
– Jeu de 32 cartes : le but est de faire deviner un mot de vocabulaire mathématiques (avec une description, puis un seul mot).
– Jeu proposé : le « M@ths en mots ».

  • « M@ths en formes » – Cycles 2 et 3

– Compétences (selon le cycle) : Reconnaitre, nommer, décrire des figures usuelles ou complexes ; Décrire, reproduire sur papier quadrillé ou uni, des figures ou des assemblages de figures planes.
– Jeu de 54 cartes : le but est de poser les cartes Images ou Vocabulaire selon la figure demandée.
– Jeux proposés : le « jeu des formes », le « Uno des formes ».

  • « M@ths en num’ » – Cycles 2 et 3

– Compétences (selon le cycle) : Interpréter les noms des nombres à l’aide des unités de numération et des écritures arithmétiques ; Utiliser des écritures en unités de numération ; Connaitre les unités de la numération décimale pour les nombres entiers ; Comprendre et appliquer les règles de la numération décimale de position aux grands nombres entiers et nombres décimaux.
– Jeu de 54 cartes : le but est de faire deviner un nombre figurant sur une carte.
– Jeu proposé : le « jeu des portraits ».

Pour en savoir plus et commander : cliquer ici

 

 

Atelier 2 – Les fractionsCette boite comprend 3 jeux de cartes distincts basés sur les fractions, permettant de réaliser 6 activités :

  • « M@ths en parts »

– Compétences : Connaitre diverses désignations des fractions : orales, écrites et décompositions additives et multiplicatives ; Connaitre des égalités et équivalences, entre des fractions usuelles.
– Jeu de 32 cartes : le but est de réaliser des paires représentant la même quantité et réaliser des paires pour représenter un entier.
– Jeux proposés : les « Fractions-équivalences », le « Mistigri », les « Fractions-compléments ».

  • « M@ths en dix »

– Compétences : Utiliser et représenter les grands nombres entiers, des fractions simples, les nombres décimaux.
– Jeu de 54 cartes : le but est de comparer des fractions représentées sous différentes formes (photos ou écriture fractionnaire).
– Jeu proposé : la « Bataille ».

  • « M@ths en fractions »

– Compétences : Utiliser et représenter les grands nombres entiers, des fractions simples, les nombres décimaux.
– Jeu de 54 cartes : le but est d’identifier les fractions identiques, quel que soit leur mode de représentation.
– Jeux proposés : la « Réussite », le « Uno des fractions ».

Pour en savoir plus et commander : cliquer ici

 

Mathématiques pour tous : faire aimer et pratiquer les maths

La conférence internationale du CSEN entend dresser un état des lieux de la recherche sur l’enseignement des mathématiques et proposer des perspectives de mise en pratique. Quelle est la situation en France aujourd’hui et quelles pistes sont actuellement explorées ? Quels mécanismes sont à l’œuvre dans les apprentissages mathématiques ? Comment réduire les inégalités scolaires et favoriser l’apprentissage des mathématiques pour tous ? Quelles innovations pédagogiques peuvent être des leviers d’apprentissage ? Quelles sont les directions prometteuses d’intervention ?

Intervenants :

  • Stanislas Dehaene, président du Conseil scientifique de l’éducation nationale et professeur de psychologie cognitive expérimentale au Collège de France, France
  • Zachary Hawes, professeur assistant à l’université de Toronto, Canada
  • Zbigniew Marciniak, professeur de mathématiques à l’université de Varsovie, Pologne
  • Monica Neagoy, consultante internationale et autrice, France et États-Unis
  • Thierry Rocher, adjoint au sous-directeur des évaluations et de la performance scolaire, DEPP, MENJS, France
  • Emmanuel Sander, professeur à la faculté de psychologie et des sciences de l’éducation de l’université de Genève, Suisse
  • Gérard Sensevy, professeur de sciences de l’éducation à l’université de Bretagne occidentale, France
  • Elizabeth Spelke, professeure de psychologie à l’université Harvard, États-Unis
  • Catherine Thevenot, professeure de psychologie à l’université de Lausanne, Suisse
  • Charles Torossian, inspecteur général de l’éducation, du sport et de la recherche, directeur de l’IH2EF, France
  • Eric Trouillot, professeur de mathématiques au collège, France
  • Lieven Verschaffel, professeur à la faculté de psychologie et des sciences de l’éducation de l’université catholique de Louvain, Belgique

 

 

Plus d’informations sur le site dédié : cliquer ici

Les kits mathématiques du CNRS

Vous cherchez une activité de diffusion, mais êtes en manque d’inspiration ? Vous en avez fait et voudriez partager celles qui ont bien marché ? Vous avez construit une activité et aimeriez qu’elle serve à d’autres collègues ?

Ce site web rassemble des idées d’activités de médiation, en lien avec la recherche. Le but est de se les partager efficacement.

Accéder : cliquer ici

Un retour d’usage en CP de la méthode « Enseigner la résolution de problèmes »

Laëtitia Vautrin, autrice de la méthode et enseignante en CP, nous fait part sur son blog « Évolution Classe » de son retour d’usage après deux années d’utilisation de la méthode « Enseigner la résolution de problèmes au CP ».

Accéder : cliquer ici

Les problèmes vidéo de M. Tsim

Pour aider les élèves en résolution de problèmes, Thomas Gouhier, enseignant, propose à ses élèves un enseignement basé sur des méthodes, des stratégies, des tris de problèmes, des problèmes de référence… Aussi, il propose différents supports pour créer chez eux une véritable envie de chercher.

Continuer la lecture

Des problèmes du quotidien créés par des CM2 pour les autres élèves de l’école

« La difficulté pour la plupart des élèves dans l’activité du problème en mathématiques réside principalement dans la compréhension du problème en lui-même. Pour cela, un remède possible est la création de problèmes avec un énoncé venant du quotidien des élèves.« 

Une activité initiée et mise en œuvre par maitre_glg, professeur des écoles en CM2, à suivre sur Instagram.

Continuer la lecture

Un jour, un problème, trois mascottes !

Deux fichiers de photo-problèmes par période pour les PS et MS, proposés par Vinciane Devos, enseignante en maternelle, soit un problème par jour, à proposer aux élèves, sur toute une année scolaire ! Un grand merci à elle pour ce partage !

Continuer la lecture

Maths en liberté, des livres, textes, vidéos, jeux et BD sur les mathématiques

Ce site web, destiné à tous les pays francophones, propose des livres, et quelques textes courts, vidéos, jeux et BD, pour des élèves de tous âges intéressés par les mathématiques, en supplément des cours scolaires. Ce n’est pas un site de soutien scolaire.

Les contenus sont classés par âge, par difficulté et par type afin que tous (et en particulier des parents ne connaissant pas les mathématiques) puissent utiliser ce site.

Accéder : cliquer ici

Faire des maths en EMC, c’est possible ! Une séquence EMCPartageons

EMC, partageons ! a proposé une séquence sur les diagrammes en barres dans le cadre de la Semaine de la Presse et des Médias à l’École®. Ce travail peut être mené à tout moment de l’année. Une campagne présidentielle est un moment propice à ce type d’exercice. De quoi aiguiser son esprit critique tout en faisant des mathématiques !

La séquence proposée a pour ambition d’amener les élèves à prendre l’habitude de vérifier la véracité d’une information chiffrée, notamment en cette période de campagne présidentielle.

Les infographies chiffrées facilitent notre lecture des informations : sondages d’opinion, côte de popularité des politiques, chiffres liés à la situation sanitaire, augmentation des prix, inflation… 

Les diagrammes sont omniprésents dans les médias, mais les comptes sont-ils bons ?

Dès le cycle 2, à travers trois séances, le fonctionnement du diagramme en barres est appréhendé progressivement, de sa construction à l’aide de briques, à sa lecture fine vers le regard critique qu’on lui porte lorsqu’il déforme la réalité.

 

Au cycle 3, ces mêmes objectifs sont poursuivis. Après un temps de vote, les élèves lisent, créent et questionnent des infographies chiffrées sous formes de diagrammes en barres ou circulaires.

Par Nabila Errami (@NaErrami), Charlotte Bruno (@Teacher_Cha) et Muriel Lauzeille (@Lala78117)

Une séquence dans l’esprit M@ths en-vie, qui s’appuie sur des documents réels et dont une des auteures, Nabila Errami, a également participé à la rédaction des 3 ouvrages Enseigner la résolution de problèmes au CP, au CE1 et au CE2.

Accéder à la séquence complète sur le site d’EMC Partageons : cliquer ici

Une utilisation de M@ths en-vie en classe, témoignage et vidéo

J’ai découvert le dispositif M@ths-en-vie au cours d’une animation pédagogique de ma circonscription de Champigny 1, animée par Nicolas Lemoine, professeur de mathématiques dans le second degré, et Virginie Julienne, conseillère pédagogique de la circonscription.

J’ai été convaincu par la présentation de ce dispositif pour trois raisons :

  • découvrir un site collaboratif réalisé en grande partie par des enseignants ;
  • la lecture de consigne ne doit pas être un frein aux mathématiques. Les énoncés peuvent parfois ne pas être écrits, mais imagés (photographies, dessins, schémas) ou dits à voix haute par le maître ;
  • faire des mathématiques, c’est aussi s’interroger sur des situations concrètes, en lien avec les réels.

 

 

J’utilise donc ce dispositif depuis 5 ans. Cette année, lors des remédiations hebdomadaires (d’une durée de 30 min), les élèves se mettent par deux (niveau équivalent à peu près) et résolvent en coopération les problèmes proposés. Il s’agit d’une organisation autonome sur tablette : les élèves scannent un QR code affiché toute l’année dans la classe pour accéder au Padlet. Ils ont alors à leur disposition sur le Padlet de classe les énoncés des problèmes ainsi que les corrections (documents importés du site M@ths-en-vie). Ils cherchent ensemble, débattent, schématisent, communiquent leurs calculs et leurs recherches sur une feuille réponse que j’ai créée. Cela me permet d’être en position d’observateur et de pouvoir analyser les démarches et les procédures mises en place par les élèves, action impossible à voir lorsque l’enfant est seul face à sa feuille. Je vérifie et valide la progression des paires d’élèves grâce à une fiche de suivi qu’ils me présentent régulièrement. Toutes les deux semaines, je choisis un problème qui me semble pertinent et nous faisons une mise en commun des procédures.

 

Fait avec Padlet

 

Guillaume Leturgez, EE Marcel Cachin sur Champigny/Marne, circonscription de Champigny 1

A lire dans le Café Pédagogique : « Claire Lommé : A l’heure des maths… « 

Il y a deux semaines, c’était la semaine des mathématiques, cette année sur le thème de « maths en formes ». Dans mes classes, nous avons fêté l’événement dignement, sur deux semaines, tant nous avions d’événements prévus. Parmi ces événements, des rallyes, des défis. Parmi les défis, le défi M@ths en vie. Il s’agit d’un défi collaboratif, au travers duquel la recherche est valorisée : la démarche compte davantage que la réussite de tel ou tel défi. La marque de fabrique des défis M@ths en vie, c’est le photo-problème, qui constitue un support vraiment idéal pour pouvoir mettre en recherche tous les élèves, même les lecteurs fragiles, même les allophones, même celles ou ceux qui ont encore peur des problèmes. L’image attire, l’absence de consigne intrigue, le collaboratif libère. Voici donc une narration d’un défi que j’ai vraiment adoré. Ce magnifique défi a été concocté par Richard Cauche (@cauchemaths).

Lire la suite : cliquer ici

Témoignage d’une enseignante dans le magazine « La Classe »

« J’aborde les mathématiques avec le dispositif M@ths en-vie », tel est le titre de l’article consacré au dispositif M@ths en-vie dans le magazine La classe.

Stéphanie Delaygues est enseignante en CP dans une école de Petite-Île, une commune de La Réunion, à une dizaine de kilomètres de Saint-Pierre. Passionnée de mathématiques, elle a mis en place le dispositif M@ths en-vie dans sa classe, un concept qui plaît aux élèves, les motive et leur donne confiance en eux, et qu’elle nous présente.

Retrouvez son témoignage complet dans le numéro d’avril 2022 du magazine La classe

Le dispositif M@ths en-vie en Seine-Saint-Denis

Les équipes éducatives de treize circonscriptions du premier degré du département se sont engagées dans un parcours autour de la résolution de problèmes proposé par la mission mathématique de la Seine-Saint-Denis en partenariat avec l’atelier Canopé 93 et M@ths en-vie.

Photographies de formes géométriques présentes dans l’environnement proche, co-construction de défis, mise en œuvre dans la classe puis retour d’expérience afin d’ajuster et d’enrichir les différentes propositions pédagogiques étaient au programme.

Lire la suite : cliquer ici

Par Virginie Trabuc

 

Des capsules autour de la modélisation en barres en cycle 3

L’objectif de ces capsules est de permettre aux enseignants de s’appuyer sur la modélisation en barres pour aider les élèves à résoudre des problèmes arithmétiques.

 

 

Par le groupe mathématiques de l’Isère

Accéder : cliquer ici

La résolution de problèmes, conférence d’Ollivier Hunault à l’ESENESR

L’enseignement de la résolution de problèmes à l’école élémentaire, septembre 2018

Accéder : cliquer ici

Tout savoir sur le schéma en barres

Un Genial.ly complet réalisé par Serge Beaufils, enseignant et maître formateur

 

Sommaire :

  • Les règles de construction du schéma en barres
  • Quelle trace écrite ?
  • Le recodage sémantique
  • Se créer un répertoire référence
  • 4 types de problèmes : une seule structure mathématique
  • La progressivité : de la manipulation vers le schéma
  • Le cas des problèmes « gain/perte »
  • La conférence d’Olivier Hunault (IGEN Enseignement primaire)

Accéder : cliquer ici

La banque de problèmes du Rallye Mathématique Transalpin

Plus de 1300 problèmes accessibles par domaine, famille, sous-famille, catégorie, rallye ou énoncé.

Les problèmes du RMT, comme ceux de la plupart des problèmes de concours ou à caractère récréatif, doivent plaire, susciter l’envie de relever un défi. Ils se distinguent nettement des « exercices » et des « problèmes d’application ou de répétition » rencontrés dans le cursus des apprentissages scolaires. Ils sont donc présentés dans des contextes inédits – fictifs ou réels – de manière à placer ceux qui les affronteront dans une situation entièrement nouvelle.

Les problèmes sont conçus pour les épreuves du RMT qui se déroulent hors de la présence du maître sous la responsabilité de la classe entière. Les problèmes doivent donc être accessibles à la majorité des élèves et non seulement aux plus brillants puisqu’ils devront les résoudre ensemble, sans aucune intervention extérieure.

La tâche des élèves ne se limite pas à la recherche puis à la découverte de la (les) solution(s) du problème, elle comprend encore la description de la démarche de résolution. C’est une clause explicite du contrat des élèves : ils savent ainsi qu’il n’y a pas que la réponse qui compte.

Un problème du RMT ne tombe pas du ciel ; il est le fruit d’une intense collaboration entre de nombreux enseignants et chercheurs, selon des critères d’élaboration qui se précisent au cours des années, avec de nombreuses analyses et consultations. C’est une œuvre collective, en évolution permanente, reprise et améliorée au fur et à mesure de ses analyses a posteriori.

Accéder : cliquer ici

Des élèves de 3° ULIS-Collège réalisent des problèmes M@ths en-vie

Ce projet a été mené avec un groupe de trois élèves de 3ᵉ et l’enseignante coordinatrice de l’ULIS. Ces élèves, scolarisés au collège Marracq de Bayonne, bénéficient de l’appui d’un dispositif ULIS. C’est dans le cadre de ce dispositif que les problèmes ont été inventés.

Plusieurs étapes ont ponctué le projet :

Continuer la lecture

Grand concours – Gagnez des boîtes « L’atelier des jeux »

Génération5 propose un grand concours permettant notamment de gagner des boîtes de l’Atelier des jeux M@ths en-vie : https://www.mathsenvie.fr/?page_id=10425

Une courte inscription vous permet de participer au jeu-concours « La Semaine des Maths avec Génération 5 ! » et de télécharger des ressources gratuites.

Gagnez :
– 1 visualiseur G5-V4K : valeur de 139 €
– 1 visualiseur G5-OYO : valeur de 99 €
– 2 boites M@ths en-vie l’Atelier des Jeux – Nombres, formes, mesures (cycles 2 et 3) : valeur de 44 € l’unité
– 2 boites M@ths en-vie l’Atelier des Jeux – Fractions (cycle 3) : valeur de 34 € l’unité
– 4 recueils d’exercices Maths éco-responsables (collège) : valeur de 24,90 € l’unité
L’attribution des lots M@ths en-vie et Maths éco-responsables sera réalisé par tirage au sort selon le niveau d’enseignement renseigné (primaire ou collège). Concernant les visualiseur G5-OYO et G5-V4K, nous procéderons à un tirage au sort parmi toutes les inscriptions, quel que soit le niveau d’enseignement.

Recevez les ressources suivantes :
– Niveau CP – Activités avec corrigés issues du dossier M@ths en-vie – Enseigner la résolution de problèmes au CP
– Niveau CE1 – Activités avec corrigés issues du dossier M@ths en-vie – Enseigner la résolution de problèmes au CE1
– Niveau CE2 – Activités avec corrigés issues du dossier M@ths en-vie – Enseigner la résolution de problèmes au CE2
– Niveaux CM1, CM2 – Activités avec corrigés issues du Cahier thématique P’tit Rusé iParcours – Cycle 3
– Niveau 6e – Activités avec corrigés issues du Cahier thématique P’tit Rusé iParcours – Cycle 3 – Activité avec corrigés issues du Recueil d’exercices Maths éco-responsables
– Niveaux 5e,4e,3e – Activités avec corrigés issues du Recueil d’exercices Maths éco-responsables – Activités avec corrigés issues des cahiers d’exercices iParcours Maths

Pour participer : https://www.generation5.fr/views/pages/sdm2022/

Le défi Photos-Mathons de la zone Afrique Occidentale

Le principe : les élèves prennent en photo une situation en lien avec le thème de la semaine des maths 2022 « Mathématiques en forme(s) », ils inventent un problème en lien avec la photo, le rédigent, ainsi que la solution. Chaque classe choisit une (ou deux) production qui la représentera. En mai, les photos et les problèmes seront diffusés dans tous les établissements de la zone Afrique occidentale.

La résolution de problèmes est au cœur de l’activité mathématique. Ces problèmes étant contextualisés autour des intérêts des élèves puisque créés par eux-mêmes, vont certainement leur permettre de percevoir encore plus de sens à l’apprentissage des mathématiques.

 

 

Accéder : cliquer ici

 

 

Les défis « Les M@ths en formes ! » pour la semaine des mathématiques 2022

La Semaine des mathématiques montre à tous les élèves des écoles, collèges et lycées ainsi qu’à leurs parents, une image actuelle, vivante et attractive des mathématiques. Cette 11e édition, qui a pour a pour thème « Mathématiques en forme(s) », a lieu selon les académies du 7 au 14 mars 2022 ou du 14 au 21 mars 2022.

Continuer la lecture

MAQ, un site dédié aux applications des mathématiques du collège et du lycée dans la vie quotidienne

Vous trouverez sur ce site des exercices interactifs évalués, des TP, des animations, des problèmes à résoudre en classe ou en temps libre, ainsi que d’autres ressources mathématiques. Certains documents illustrent ou complètent des situations concrètes de l’ouvrage Les maths au quotidien.

Vous trouverez également les questions flash Automaths pour travailler au quotidien les automatismes en mathématiques.

Un espace membres est à votre disposition. Certaines activités étant évaluées, dont les questions flash Automaths, vous avez la possibilité de sauvegarder vos résultats en créant un compte membres. Les professeurs peuvent y inscrire leurs classes ou groupes et ainsi garder une trace de leurs évaluations.

A découvrir également, l’ouvrage :

Accéder : cliquer ici

Mattle, des classes qui s’affrontent dans un grand Battle mathématiques avec M@ths en-vie

Le projet « Mattle, le grand Battle des maths dans le Gard » est proposé par la mission départementale mathématique du Gard en collaboration avec la mission départementale pour le numérique éducatif et la mission Arts et Culture à l’occasion de la semaine des mathématiques 2022 du 7 mars au 14 mars 2022.

 

 

Il s’agit de convier les classes des écoles maternelles et élémentaires du Gard à s’affronter dans un grand  « Battle » mathématique.

Les élèves aidés de leur enseignant devront dans un premier temps concevoir des problèmes mathématiques présentés sous forme de photos-problèmes comme ceux proposés par le site www.mathsenvie.fr. Ces problèmes seront alors exposés à d’autres classes qui devront les résoudre au sein de rencontres inter-classes virtuelles ; les salles de Battle.

Accéder : cliquer ici

Les troubles d’apprentissage en mathématiques

Bien que les troubles dys- aient été largement médiatisés ces dernières années, les troubles d’apprentissage en mathématiques restent méconnus.

Écrit par deux orthophonistes, ce livre synthétise l’ensemble des fonctions cognitives impliquées dans les mathématiques. Il présente le développement chez l’enfant de ces fonctions et leurs interactions dans le traitement du nombre, les calculs et la résolution de problèmes. Il explique les différents troubles de la cognition mathématique et suggère des stratégies à apporter en fonction des déficits cognitifs sous-jacents.

Pour optimiser la compréhension, les différentes parties s’appuient sur de nombreux schémas et sont accompagnées d’un glossaire.

De Rémi SAMIER & Sylvie JACQUES

Consulter la fiche du livre : cliquer ici

Les défis M@ths en-vie, une action intégrée au guide national de la semaine des mathématiques

M@ths’n Co. associée à la semaine des mathématiques ! L’action M@ths en formes a été intégrée dans le guide national Eduscol, à retrouver en pages 34 et 35. Notre dispositif est également évoqué page 32 dans les pistes d’activités pour l’école élémentaire.

2022_semaine-maths_GUIDE_web

Accéder à la page dédiée à la semaine des mathématiques sur Eduscol : cliquer ici

Accéder à la page dédiée à la semaine des mathématiques sur le site Education.gouv : cliquer ici

EurêkaMaths

Créé il y a dix ans, EurêkaMaths (précédemment Math’Isère) est un défi mathématique entre classes de même niveau qui renouvelle et valorise l’image des mathématiques auprès des élèves. L’objectif de ce défi mathématique est de résoudre des problèmes par équipe, dans un temps limité, en favorisant l’autonomie et la coopération des élèves.

Présentation

Sommaire

 

A retrouver très bientôt depuis ce site…

Le défi Photos-Mathons de la Zan 2022

Cette année encore, la Zone Amérique Nord de l’AEFE propose son grand défi ! Cette initiative s’inscrit en partie dans l’esprit de M@ths en-vie puisque la résolution de certains photo-problèmes s’appuiera sur des informations qui seront à prélever sur les photos.

Continuer la lecture

Géométrie en-vie, promenade à travers l’Europe

Un projet ERASMUS + avec une école estonienne, une école islandaise et une école italienne de 2020 à 2023

 

Descriptif du projet

par Soizic NAVARRO, enseignante en CP-CE1 à Arles à l’école André Benoît

Il s’agit d’un projet autour des maths et des sciences avec des mobilités enseignantes au cours desquelles on échange nos pratiques et des activités collaboratives à distance pour les élèves.
L’année dernière, les activités du projet étaient plutôt axées vers les sciences : nous avons mené en collaboration avec nos partenaires des expériences autour de l’eau, de la germination…, nous avons construit des monuments en objets recyclés… Le but étant de rendre une planète jusqu’alors inconnue habitable.

Cette année, nous travaillons la programmation avec Scratch Junior. Nous échangeons des animations scratch autour des gestes indispensables pour sauver la planète.

L’ebook « Promenade géométrique » a été réalisé dans le cadre des activités brise-glace. Les élèves ont travaillé les mathématiques tout en présentant leur propre école et ville et en découvrant les écoles et villes des partenaires.

Nous avons proposé cette activité à nos partenaires qui n’avaient jusqu’alors jamais abordé les maths de cette manière ni pratiqué la « géométrie en vie ».

Accéder : cliquer ici

 

Semaine « maths en forme(s) » 2022 pour le cycle 1

Ces défis sont proposés par Florence Carité, conseillère pédagogique départementale mission maternelle à la DSDEN78.

 

Descriptif

Ils sont ouverts à toutes les classes de Maternelle. Aucune inscription n’est nécessaire. Chaque enseignant choisit l’épreuve qu’il souhaite au regard du jour de la semaine (en cliquant dessus).

La consigne est écrite telle qu’elle peut être donnée aux enfants.

La manipulation à partir du matériel de la classe sera l’entrée à favoriser.

Les enfants devront s’organiser, coopérer, se mettre d’accord pour résoudre les défis.

Au-delà de la réussite, c’est bien la démarche qui sera à valoriser et non le résultat obtenu.

Les objectifs visés sont indiqués sur cette première page sous chaque défi par l’icône (+).

Accéder : cliquer ici

Enigmat, le jeu pour apprendre à voir aux échecs

Le jeu se compose de 24 échiquiers partagés en 4. Un échiquier complet est repéré par 4 morceaux de couleur et symbole identiques. Énigmat est destiné à des joueurs de tous niveaux. Le principe général est simple, il s’agit d’assembler les 4 morceaux d’un échiquier de façon à reconstituer une position de mat.

 

Continuer la lecture

Les défis du cycle 2 pour la semaine des mathématiques 2022

Avant de télécharger et vous lancer dans ces épreuves, nous vous invitons, sauf si vous l’avez déjà fait, à prendre connaissance des modalités de mise en œuvre de ce défi dans votre classe : cliquer ici.

Vous trouverez ci-dessous plusieurs propositions de défis pour chaque jour. À vous de choisir celle(s) que vous souhaitez proposer à vos élèves sachant que vous pouvez travailler en classe entière ou par ateliers et en proposer une ou plusieurs !

Bonne semaine des mathématiques avec M@ths en-vie 🙂

LUNDI

MARDI JEUDI VENDREDI
Pixel Art Le compte est bon ! La chasse géométrique Cherchez l’intrus !

Travailler la notion de symétrie.

Identifier une figure simple dans une figure complexe.

Identifier des formes simples et/ou des propriétés géométriques.

Travailler sur les propriétés et le vocabulaire lié aux solides.

 

Continuer la lecture

Les défis du cycle 3 pour la semaine des mathématiques 2022

Avant de télécharger et vous lancer dans ces épreuves, nous vous invitons, sauf si vous l’avez déjà fait, à prendre connaissance des modalités de mise en œuvre de ce défi dans votre classe : cliquer ici.

Vous trouverez ci-dessous plusieurs propositions de défis pour chaque jour. À vous de choisir celle(s) que vous souhaitez proposer à vos élèves sachant que vous pouvez travailler en classe entière ou par ateliers et en proposer une ou plusieurs !

Bonne semaine des mathématiques avec M@ths en-vie 🙂

LUNDI MARDI JEUDI VENDREDI
La poursuite…
Le compte est bon ! La chasse géométrique Le jeu du portrait

Travailler les notions de parallèles, angles droits, milieux…

Identifier des figures simples dans une figure complexe.

Identifier des formes simples et des propriétés géométriques.

Travailler sur les propriétés et le vocabulaire liés aux solides.

 

Continuer la lecture

Visioconférence M@ths en-vie à CANOPE 91 – Semaine des mathématiques 2022

Au programme :

  • M@ths en-vie : la photographie au service de la résolution de problèmes
  • L’atelier des jeux : apprendre les maths de façon ludique avec les cartes dont : « M@ths en formes » – Cycles 2 et 3

Date : le 8 mars en visioconférence

Horaires : 17h à 19h

 

Le programme de la semaine des mathématiques dans l’Essonne

 

PROGRAMME SEMAINE DES MATHEMATIQUES DANS L’ESSONNE.pub3

 

Le guide explicatif de la semaine des mathématiques

Guide explicatif – Semaine des Mathématiques 2022

Projet googlem@ths

Jean-Yves Labouche, professeur de mathématiques en collège et lycée, a conçu une série de problèmes ayant chacun pour support une carte générée avec Google Maps et un document trouvé sur Internet qui contient les informations nécessaires à la résolution du problème. Le but est de faire travailler les élèves sur des documents réels et variés.

Il s’agit de tâches complexes mobilisant notamment les compétences rechercher, modéliser et raisonner. 

Pour chaque problème le principe est le même d’une résolution en deux temps :

  • Calculer une longueur ou une aire à partir de la carte et de son échelle.
  • Cette aire (ou cette longueur) est utilisée pour un nouveau calcul permettant de répondre à la question posée.

Ces problèmes, qui font la part belle à la prise d’initiative, se prêtent particulièrement bien à un travail en groupe et à la rédaction d’une narration de recherche. Une présentation orale de chaque groupe pourrait être intéressante. 

Accéder : cliquer ici

 

Pour en savoir plus sur ce projet, lire l’article sur MathémaTICE : cliquer ici

 

L’ouverture aux mathématiques à l’école maternelle et au CP

Cette publication du CSEN tâche d’extraire, parmi les résultats de la recherche en sciences cognitives, ceux qui nous apparaissent utiles pour l’enseignement des mathématiques en maternelle et au CP. Ces résultats incitent principalement à introduire l’enseignement des mathématiques par le jeu et la construction d’objets matériels.

Le CSEN a pour mission d’évaluer les dispositifs pédagogiques existants, de proposer des recommandations et de mettre à la disposition de tous des outils fondés sur des résultats scientifiques (exercices, fiches pédagogiques, MOOC, plateforme numérique…).

Télécharger : cliquer ici

Créer un « Espace m@ths en-vie » dans une école

Témoignage de Gilles Tisseraud sur la mise en place, dans le cadre d’un projet d’école, d’un « Espace maths en vie » à l’école Jean Macé au Mans.

Présentation

Notre école est une école de ville, proche de la gare. Nous accueillons 9 classes qui vont du CE2 au CM2. Notre population est très mixte avec cette particularité d’accueillir régulièrement des élèves allophones à tout moment de l’année. Nous sommes une solide équipe très complémentaire de 10 enseignants avec une expérience importante et surtout avec une belle amitié professionnelle.

Le projet

Le projet est né en 2020 lors d’une réunion d’équipe sur les réussites de nos élèves. Nous avons constaté que malgré tout ce qui avait été mis en place, notre expérience (plus de 20 années pour la plupart d’entre nous) la résolution de problème restait un point difficile pour de nombreux élèves. Nous étions déjà plusieurs à connaître les ressources maths-en-vie et tous les enseignants proposaient régulièrement des situations les plus concrètes possibles. Nous avons donc décidé d’aller plus loin, de passer des « situations concrètes » au « situations vivantes ». Pour cela, il nous fallait repenser les démarches, les outils, les espaces…

Grâce à Aline Lemoine enseignante de SEGPA, nous avons découvert un projet d’épicerie dans un collège. En conseil des maitres, nous avons alors décidé de créer notre propre épicerie dans l’école. Nous avons même poussé le projet plus loin en proposant de créer 2 autres espaces : une salle consacrée aux situations de mesures (Maths en chantier) et une aux situations logiques (essentiellement échecs, Lego technique, …).
Nous avons la chance de disposer d’un ancien logement de fonction qui offre des salles que nous pouvions exploiter avec des petits groupes d’élèves. Ces salles étant situées au-dessus de notre bibliothèque d’école, nous pouvions organiser des groupes tournants.

Autour de la directrice, Sandrine Lechaine, l’équipe s’est engagée dans cette aventure de manière très concrète à l’issue du premier confinement. Nous nous sommes répartis dans la préparation physique et pédagogique des 3 espaces par groupe de 3 personnes avec des interactions entre les groupes.
Tout d’abord, nous avons défini par petits groupes comment nous imaginions ces espaces, puis, après une brève présentation au reste de l’équipe, nous nous sommes lancés.

Nous avons commencé par faire l’inventaire de ce que nous possédions, car souvent les écoles regorgent de trésors inexploités au fond des placards. Ainsi nous avons pu constituer un premier stock pour les 3 espaces : jeux de logiques des années 990/2000, fruits et légumes en plastiques, masses marquées, balances, pièces en plastiques et billets plastifiés ….

Une fois ce premier travail de récupération fait, nous avons travaillé par salle. Pour l’épicerie : l’idée était de faire au moins cher, avec de la récupération et en impliquant au maximum les élèves. Nous avons donc recyclé nos vieilles étagères de bibliothèque en rayonnages, récupéré des présentoirs en pharmacie et demandé aux élèves d’apporter des emballages de la maison. Les temps de collecte et le tri ont été une phase assez chronophage, car nous ne pouvions garder que des emballages propres, et si possible, présents en plusieurs exemplaires. Ensuite, avec les élèves, nous avons recherché les prix et étiqueté les produits. Enfin, ils ont été rangés par catégorie (nous sommes partis du travail réalisé en sciences sur l’équilibre alimentaire). Un drive a même été réalisé sur l’ENT pour permettre de travailler en classe sur les produits présents dans notre épicerie. Au final, nous n’utilisons pas (encore) cette fonctionnalité que nous avons prévue.

drive epicerie salée

Pour la salle « maths en chantier », nous voulions que les élèves travaillent sur les caractéristiques de cette pièce mansardée : il y a tellement à faire entre les hauteurs de plafonds, les poutres apparentes, la fenêtre en hublot… Nous sommes toujours en recherche et création de nouveaux défis mesure à réaliser dans cette classe. Nous y avons ajouté des contenants, des outils de mesure de masse, une toise vient d’y être posée. Nous y avons installé des photos problèmes du site maths-en-vie pour compléter la thématique de cette salle.

Pour la salle « logico mathématiques », nous avons commencé par utiliser ce qui était présent dans l’école, des outils souvent peu ou pas exploité, car oubliés. Ainsi nous avons ressorti les jeux d’échecs, les boites de Lego (leviers et balance). Nous avons complété le tout avec des puzzles, des ruby’s cubes, des casses-têtes. Là aussi, nous avons installé des photos problèmes du site maths-en-vie pour compléter.

Cet ensemble maths-en-vie en est à ses débuts, tout se construit actuellement et se construira pendant probablement 2 ou 3 ans, selon les besoins des élèves et les appétences des enseignants.

L’utilisation avec les élèves

La principale contrainte vient de la taille de nos pièces. Nous ne pouvons y mettre que des petits groupes de quelques élèves. Elles sont donc idéales pour les Activités Pédagogiques Complémentaires : les enfants sont très contents d’y aller, car ils aiment ce temps ludique en dehors de la classe et qui plus est dans des salles agréables.

Nous l’utilisons en groupes tournants avec la BCD située dans le même bâtiment.

Chaque équipe a rédigé des situations pédagogiques spécifiques pour chaque salle. Ces défis sont complétés par de nouvelles propositions au fur et à mesure des expériences, car tout est à construire en fonction des besoins, des réactions des élèves, de leurs propositions aussi.